in ,

Énergie : 6 idées pour gagner en autonomie

© chinasong - iStock

Produire sa propre énergie pour subvenir aux besoins de son foyer est le rêve de nombreuses personnes. Toutefois, lorsqu’on s’arrête deux secondes pour prendre le temps de réfléchir à tout ce qui consomme de l’énergie dans notre maison cela peut vite faire peur ! Il est alors difficile de se projeter et surtout de savoir par où commencer… Ça tombe bien, cet article devrait normalement vous aider à y voir plus clair. Alors, comment gagner en autonomie et produire sa propre électricité ? Nous allons vous donner 6 clés afin d’amorcer tranquillement votre transition vers, pourquoi pas un jour, une autonomie totale ! 

Les avantages et les inconvénients d’une maison autonome

Avant de parler des solutions, commençons par lister les avantages, mais aussi les inconvénients d’une maison énergétiquement autonome. Car oui, comme dans tous les domaines, tout n’est pas toujours rose ! Bien que devenir autonome présente de nombreux avantages, il y existe aussi quelques limites.

Les avantages :

  • Vous réduisez drastiquement votre impact environnemental en utilisant des ressources renouvelables.
  • Vous gérez votre propre consommation d’énergie et êtes indépendant à ce niveau.
  • Vous n’avez plus besoin de fournisseur en énergie, donc plus besoin de payer d’abonnement.
  • Vous libérez du trafic sur le réseau d’énergie local.
  • Vous faites des économies financières.

Les inconvénients :

  • Vous allez avoir besoin d’un certain espace en fonction de la solution choisie.
  • Certaines installations ont un coût assez important non seulement à l’achat, mais aussi par la suite lors de l’entretien annuel.
  • Les pannes de courant peuvent être plus complexes à solutionner, car vous n’êtes plus raccordé au réseau d’énergie local.

Sachez qu’avant d’investir dans des installations extrêmement coûteuses pour obtenir une indépendance énergétique totale, il existe de plus petites solutions que vous pouvez mettre en place. Alors prêt à faire votre transition vers l’autonomie ? C’est parti pour découvrir les options qui s’offrent à vous !

1- L’installation de panneaux solaires

panneaux solaires sur le toit d'une maison
© zstockphotos – iStock

Les panneaux solaires sont bien souvent la première solution qui nous vient en tête lorsqu’on parle de maison autonome et pour cause ! Aujourd’hui, un dispositif solaire complet, c’est-à-dire une batterie pour panneau solaire ainsi que des panneaux solaires, peut vous faire gagner jusqu’à 80 % d’économie. En outre, étant de plus en plus démocratisés, les prix pour ce type d’installation sont à la baisse, ce qui les rend assez rapidement rentables. S’il fallait que vous investissiez pour une maison plus autonome, les panneaux solaires sont donc vraiment l’idéal.

2- L’isolation de sa maison

La base lorsqu’on souhaite faire des économies d’énergie, que ce soit d’un point de vue financier ou écologique, c’est de bien isoler sa maison ! En effet, l’isolation de votre maison, en particulier du toit et des murs extérieurs, peut empêcher plus de 50 % des pertes de chaleur. Lorsque vous vivez dans une vieille maison dans laquelle aucun travaux d’isolation n’a été réalisé, sachez que les déperditions thermiques sont généralement réparties de cette manière :

  • 25 à 30% par le toit
  • 20 à 25% par les murs
  • 20 à 25% par la ventilation et les fuites d’air, par exemple par les conduits de cheminée
  • 10 à 15% par les fenêtres
  • 7 à 10% par le sol
  • 5 à 10% par les ponts thermiques

Si vous souhaitez isoler votre maison, commencez donc en priorité par la toiture ainsi que les murs extérieurs. Il n’est pas rare que les vieilles maisons possèdent également des fenêtres en simple vitrage. Dans ce cas, et si vous le pouvez, changer vos fenêtres est également une étape essentielle pour une meilleure isolation.

3- La récupération d’eau de pluie

système de récupération d'eau de pluie
© pixinoo – iStock

Comme la quasi-totalité des solutions pour l’autonomie, l’installation d’un récupérateur d’eau de pluie est à la fois économique et écologique ! Toutefois, c’est un peu plus compliqué que cela en a l’air. En effet, l’eau est soumise à de nombreuses réglementations et il va de soi que l’on ne doit pas boire directement l’eau qui tombe du ciel. Dans un premier temps, vous pourrez tout de même vous servir de cette eau pour nettoyer vos sols ou bien arroser votre jardin par exemple. Ce qui représente d’ailleurs un sacré budget si vous avez un grand potager à entretenir !

4- La mise en place de murs végétalisés

Depuis des siècles, l’installation de plantes grimpantes en façade participe non seulement à l’esthétique d’un bâtiment, mais aussi à son isolation thermique. Rosier grimpant, vigne vierge, lierre, glycine, etc., il y en a pour tous les goûts ! Par ailleurs, en plus d’améliorer l’isolation thermique de votre habitation, les plantes améliorent également l’isolation phonique de cette dernière. Elles permettent également de filtrer l’air ambiant grâce au phénomène de la photosynthèse. Bien que les plantes demandent un peu d’entretien, cela ne vous paraîtra pas grand-chose à côté de ce qu’elles peuvent vous apporter. En plus, quoi de plus agréable que de déjeuner sous une cascade de glycines au retour des beaux jours ?

5- Se chauffer au feu de bois

cheminée allumée
© koldunova – iStock

Le saviez-vous ? Arrêter votre ballon d’eau chaude quand vous êtes absent est un geste essentiel (parmi tant d’autres) pour réduire sa consommation d’énergie au quotidien. En effet, 65% des dépenses d’énergie proviennent du chauffage ! Se chauffer au feu de bois est donc une solution parfaite pour réduire ses besoins énergétiques. Non seulement le bois est le combustible le moins cher du marché, mais comparé au gaz ou au fioul par exemple, il est la seule source d’énergie écologique. En effet, ne dégageant que peu de gaz carbonique, c’est bien le combustible le moins polluant. Vous pouvez donc faire installer une cheminée ou un poêle à bois !

6- L’installation d’un puits canadien

Également connue sous le nom de puits climatique ou de puits provençal, cette installation fait partie des différentes formes de géothermie. Elle se présente sous la forme d’un conduit enterré dans lequel l’air extérieur circule pour ensuite être renvoyé dans votre maison. Au cours de ce cheminement, l’air échange ses calories ou frigories avec celles de la terre. De cette manière, le puits canadien peut être utilisé en tant que chauffage ou à l’inverse de climatisation. Sa faible consommation énergétique en fait une véritable installation écologique, mais aussi économique pour vous !