in

Le Slow-Stitching : l’art de la broderie lente

Crédits : Images pinterest/montages : desidees.net

Connaissez vous le Slow-Stitching ? Si l’on traduit littéralement ce terme, cela signifie « La broderie qui prend son temps » ou encore « la broderie lente ».

Ce terme a été inventé par Mark Lipinski lorsqu’il a dû à son tour prendre le temps de faire les choses suite à des soucis médicaux. Il s’inspire du mouvement « slow-food » ou encore du « slow-life », sauf qu’il est adapté à l’art de la broderie.

Il est vrai que nous vivons dans un monde où nous avons l’habitude de tout faire rapidement : se déplacer, vouloir vite rentrer chez soi, manger sur le pouce, etc. À travers cette activité créative, nous voulons retrouver une certaine tranquillité d’esprit en prenant son temps.

Pour pratiquer cet art, il faut lâcher prise. On se laisse aller, on ne compte pas les points, on ne réfléchit pas à la forme qu’on désire donner, on ne se fixe aucun objectif pour éviter d’aller vite. On se laisse simplement porter sans imaginer le résultat final.

En plus, vous n’avez pas besoin de matériaux précis et c’est là aussi un avantage. Vous pouvez récupérer un vieux vêtement, une chute de tissus qui traîne, un coussin ou tout autre textile. Il vous faudra bien sûr également une aiguille et du fil à broder.

Le fait que cette activité soit adaptée aux voyages offre un avantage supplémentaire ! Une chute de tissu, une aiguille et du fil ne prendront en effet pas de place dans votre sac à main. Alors, qu’importe où que vous soyez, laissez vos émotions s’exprimer à travers le slow-stitching. À la fin, vous aurez une oeuvre unique.