in ,

Tuto : fabriquez une étagère maligne avec un skate !

Tuto : fabriquez une étagère maligne avec un skate !
noté 5 - 1 vote

Possédez-vous un vieux skate chez vous ? Si vous ne comptez plus l’utiliser, voilà une bonne nouvelle pour votre déco intérieure. En effet, vous allez pouvoir le métamorphoser en une belle étagère suspendue. Tout le skate sera réutilisé, des roues en passant par la planche, évidemment. Vous le verrez, le résultat est particulièrement design et original.

Voilà une belle manière de conserver un skate qui vous a certainement accompagné pendant de belles années. Vous ne le verrez plus se délabrer dans votre cave, mais plutôt sublimé dans votre logement.

Ce charmant tutoriel a été développé par la blogueuse Marie Prenat, une idée qui a particulièrement séduite et nous espérons que vous aurez la même réaction.

Ce qu’il vous faut :

  • 1 skateboard
  • 1 spatule
  • du papier de verre (ou 1 ponceuse)
  • 1 perceuse avec 1 forêt à bois de 6 ou 8 mm et 1 scie cloche de 65 mm
  • 1 tournevis
  • de la peinture acrylique (avec sous-couche intégrée)
  • 1 chiffon
  • 1 pinceau
  • 1 rouleau
  • 4 mètres de corde
  • 1 niveau
  • 2 crochets
  • des vis et chevilles pour une fixation murale
Crédits : Marie Prenat

Les étapes :

1) Commencez par dévisser les platines et les roues du skateboard.

Crédits : Marie Prenat

2) Prenez votre spatule et enlevez l’antidérapant collé sur le dessus du skate.

Crédits : Marie Prenat

3) Nettoyez bien les roues et les platines.

Crédits : Marie Prenat

4) C’est le moment de peindre les roues avec la peinture de votre choix, en utilisant un pinceau.

Crédits : Marie Prenat

5) Repérez les trous existants sur la planche et agrandissez-les afin d’y insérer les cordes. Pour ce faire, prenez la perceuse et un forêt à bois de 6 ou 8 mm de diamètre. Si vous désirez, comme dans cet exemple, installer un petit pot de fleurs sur la planche, réalisez un trou avec une scie cloche (ici, de 65 mm de diamètre).

Crédits : Marie Prenat

6) À présent, poncez le skate dans son intégralité.

Crédits : Marie Prenat