,

Ils créent de toutes pièces une île incroyable en matériaux de récup’

C’est au Canada, au niveau des côtes de Vancouver Island que vivent Catherine King (danseuse) et Wayne Adams (sculpteur). Ce couple d’artistes rêvait comme beaucoup de devenir propriétaires, mais leur salaire ne permettait pas une telle chose. Ainsi, en 1992, ils se lancent dans un projet fou : créer leur propre maison flottante au milieu des eaux douces.

Ce projet de longue haleine (24 ans de travail et de passion) a été réalisé en écumant les brocantes, en cherchant dans les poubelles ou en récupérant des matériaux qui polluaient les plages. Aujourd’hui, le couple possède une maison confortable, une piste de danse pour que Catherine puisse exercer son art, une galerie d’art pour Wayne, un joli phare et quatre serres. Des panneaux solaires les fournissent en énergie et des réservoirs récupèrent l’eau des cascades voisine. La maison n’est pas ancrée au sol et reste en place grâce à des cordes liées au littoral.

capture-2016-10-12-a-15-47-06

Facebook/Catherine King
Facebook/Catherine King
Facebook/Catherine King
Facebook/Catherine King
Facebook/Catherine King
Facebook/Catherine King
Facebook/Catherine King
Facebook/Catherine King
Yogan
Yogan
Yogan
Yogan

Wayne profite de cette vie sur l’eau pour pêcher. Cela leur permet d’être indépendants au niveau de la nourriture. D’ailleurs, il est amusant de noter qu’il y a une trappe dans leur salon qui lui permet de pêcher sans sortir, à partir du canapé ! Bien sûr, tout n’a pas toujours été facile pour eux et la nature ne leur a pas fait de cadeau. Ils ont en effet combattu des invasions de rats énormes ainsi que les attaques d’oiseaux prédateurs du coin qui en avaient après leur élevage de poules.

capture-2016-10-12-a-15-58-15

Facebook/Catherine King
Facebook/Catherine King
Facebook/Catherine King
Facebook/Catherine King
Facebook/Catherine King
Facebook/Catherine King
Facebook/Catherine King
Facebook/Catherine King

Mais ils gagnent maintenant leur vie confortablement grâce à leurs projets artistiques, grâce à la vente du surplus de leurs fruits et légumes et grâce à des visites de 90 minutes réalisées en bateau. Le bateau est en effet leur seul moyen de locomotion possible pour rejoindre la ville la plus proche, à 45 minutes de chez eux. Mais surtout, ils se sentent heureux malgré les jugements qu’ils reçoivent sur leur mode de vie différents, car ils ont réalisé leur rêve tout en s’éloignant du bruit et du mode de vie citadin. Et ce qui compte après tout, c’est d’être comblé !

Facebook/Catherine King
Facebook/Catherine King
Facebook/Catherine King
Facebook/Catherine King

La vidéo :